Un antibiotique superpuissant découvert chez les pandas

first_imgUn antibiotique superpuissant découvert chez les pandasPubliée dans la revue Gene, une étude chinoise a permis d’identifier dans le génome de l’emblématique et rare panda géant, un gène permettant à l‘animal de ‘fabriquer’ un antibiotique particulièrement efficace. Un élément qui a ensuite pu être synthétisé en laboratoire.Pas rancunier, le panda : malgré la déforestation qui ronge son habitat, malgré son statut d’espèce menacée (1.600 individus survivant dans la nature et un taux de reproduction dramatiquement bas, même en captivité), il pourrait permettre aujourd’hui à l’Homme de fabriquer un nouvel antibiotique, plus efficace que la plupart de ceux déjà utilisés en médecine. À lire aussiMaladie de Charcot : symptômes, causes, traitement, où en est on ?C’est du moins ce qu’expliquent des chercheurs chinois dans la revue Gene. A partir du séquençage du génome de cet ursidé, réalisé en 2008 par le Genomics Institute de Shenzhen (Chine), Xiuwen Yan, biologiste à l’Université agricole de Nankin (Chine), a récemment identifié, parmi quelque 21.000 gènes, celui qui permet au système immunitaire du panda de lutter efficacement contre les bactéries les plus coriaces. Le gène en question permet en effet à l’organisme de l’animal de produire un peptide appelé cathélicidine-AM qui serait six fois plus efficace que les antibiotiques conventionnels grâce notamment à une triple particularité.Il est capable de s’attaquer à un large éventail de bactéries pathogènes, d‘induire peu de résistance chez celles-ci (beaucoup de bactéries finissent par développer une résistance aux autres substances antimicrobiennes), et d’agir à grande vitesse, terrassant par exemple certains staphylocoques en 1 heure, contre 6 pour les antibiotiques ‘classiques’. “Le produit s’est montré potentiellement efficace contre un large spectre de micro-organismes, bactéries et mycètes inclus, qu’ils soient standards ou résistants au antibiotiques”, a indiqué le Dr Xiuwen Yan cité par le Telegraph. Mais les chercheurs chinois ne se sont pas arrêtés là puisqu’ils ont réussi à synthétiser la cathélicidine-AM en laboratoire. Ainsi, de nouveaux médicaments et même des produits désinfectants à base de cet antibiotique pourraient bientôt voir le jour, grâce au sympathique plantigrade qui, lui, n’est pas tiré d’affaire pour autant. Le 8 janvier 2013 à 11:20 • Maxime Lambertlast_img

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *